par Gabriel Plassat • Innovation, la Fabrique

Les 4 dynamiques de la Fabrique

Avec la Fabrique, nous permettons aux acteurs volontaires de construire le système d’exploitation des futurs services de mobilités. Pour cela, nous reproduisons le processus de création de valeur des GAFA à un détail près. N.Colin dans son rapport sur la fiscalité du numérique démontre comment les GAFA créent de la valeur. La Fabrique s’inspire de cela, tout simplement parce qu’à l’ère du numérique, l’économie des plateformes peut être très efficace. En résumé, les GAFA fonctionnent de la façon suivant :

  1. Proposer une offre simple et performante pour résoudre un problème en faisant (baucoup) mieux que l’existant : acheter, trouver de l’information, travailler sur des documents seul ou à plusieurs…
  2. Améliorer sans cesse la proposition de valeur : de nouvelles fonctions, de l’espace de stockage gratuit, faire gagner du temps, …
  3. Pour cela, apprendre à connaître chaque utilisateur en créant un profil numérique lié à son activité numérique. De cette connaissance, les GAFA mettent à jour et améliorent leur plateforme de services.
  4. En permanence, veiller à synchroniser le profil numérique de chaque personne et son profil “physique”. L’évolution de la plateforme permet de questionner en permanence l’utilisateur pour garder le contact et construire son profil “intégral”. Ce point est essentiel pour la dernière étape.
  5. Vendre le profil numérique en garantissant un faible écart avec le profil physique, à des acteurs marchands. Les GAFA conservent donc des richesses générées par l’activité des utilisateurs sur les plateformes séduisantes et performantes.

La Fabrique reproduit toutes les étapes sauf la dernière. A l’inverse des GAFA, la Fabrique va reverser toutes les externalités positives générées par l’activité des utilisateurs dans la Fabrique à tous les acteurs de la Fabrique. Ces externalités sont ainsi “condensées” dans les communs : données, logiciels, matériels et connaissances. Les communs matérialisent et capitalisent l’activité des acteurs, de chaque projet.

Le contrat au départ est donc radicalement différent : “La Fabrique vous donne accès à son environnement, ses réseaux, ses plateformes techniques ouvertes (les communs) et un accompagnement à la condition que chaque projet, chaque acteur s’impliquent dans les communs qui deviennent ainsi les nouveaux actifs de l’écosystème. La Fabrique garantit une gestion neutre des communs vers tous les acteurs pour accompagner les transitions numériques et écologiques.”

Au fait, pourquoi des plateformes techniques ouvertes ?

  • la transparence : tout est auditable, rien à cacher,
  • la qualité : les meilleurs de chaque domaine y contribuent librement, les produits et procédés étant précisement détaillés sont facilement contrôlables, et les solutions aux éventuels problemes de qualité sont mutualisées.
  • l’efficacité economique : pourquoi réinventer les logiciels, la roue, le chassis, etc… En ouvrant et en fonctionnant par sous-ensemble, les interfaces, les connexions deviennent stratégiques pour permettre des développements séparés. Ces contraintes conduisent à développer des interfaces et connexions facilement “standardisables”.
  • la diversité : une plateforme permet la construction de superstructures servicielles répondant à des besoins très variés qui ne sont pas spécifiables dans des approches traditionnelles. La diversité est alors adressée en partant localement.
  • la résilience : les plans sont disponibles et peuvent être repris, même après la fin des projets créateurs. Les innovations et retours apportés par des utilisateurs peuvent être mutualisées.
  • l’agilité : chaque acteur contribue selon ses compétences en déployant un minimum de ressources pour un maximum de résultats.

Dans la Fabrique, plusieurs plateformes techniques ouvertes sont en cours de développement pour :

  • travailler ensemble pour cataloguer, recenser, documenter, et compléter ces communs et animer la communauté de leurs utilisateurs et contributeurs,
  • mettre en place un portail UNIQUE et NEUTRE donnant accès à l’ensemble des données, outils, services et informations utiles,
  • commencer par les données d’offre de transport public.

Une plateforme numérique pour gérer les données de transports et des premiers briques fonctionnelles (géocodeur), et faciliter l’accès à ces ressources aux entrepreneurs. Nous sommes convaincus :

  • que l’ouverture des données, la standardisation et les communs associés aux services de mobilité favoriseront l’innovation et amélioreront le service final aux usagers, et qu’ils bénéficieront globalement à l’écosystème français de la mobilité,
  • qu’il faut éviter la multiplication de communs développés séparément par des initiatives individuelles non coordonnées entre elles,
  • qu’il faut au contraire fédérer et développer les communs existants afin d’atteindre une masse critique et d’accélérer la transition numérique.

Une plateforme physique pour développer et gérer des véhicules ouverts modulaires. En dehors des constructeurs, des plateformes véhicules (voiture, vélo, …) existent ou émergent (Local Motors, OSV, Ampool, FranceCraft, Wikispeed, Riversimple, 40fires, xyzcargo, projet européen ESPRIT, La FonderieCar). Par ailleurs, des navettes robotisées dépassent le stade de la R&D et cherchent des clients (Easymile / Robosoft, Bestmile, Navya, autre). Dans la Fabrique, nous avons comme partenaires : Ampool, FranceCraft, et La FonderieCar.

Chaque plateforme technique se compose de plusieurs communautés :

  • des porteurs : ceux qui ont construit la plateforme initiale. En l’ouvrant, ils souhaitent tester la robustesse de la plateforme, augmenter sa performance sans investir via les contributeurs, la faire connaître, la diffuser, éventuellement vendre des services associés, et dans certains cas, en faire un standard,
  • des contributeurs : ceux qui vont l’utiliser, ajouter des fonctions, des produits. Cela leur permet de gagner du temps, des ressources pour y accéder et donc de diminuer les coûts d’accès,
  • des financeurs publics et/ou privés intéressés d’investir dans une plateforme utilisée, associée à des communautés.

En synthèse, la Fabrique rassemble en même temps quatre dynamiques :

FabMob

les 4 dynamiques

  • accompagner des entrepreneurs dans la mise en oeuvre opérationnelle de leur projet. Il s’agit de la première proposition de valeur de la Fabrique permettant d’alimenter les suivantes,
  • accompagner les transitions numériques et environnementales des partenaires (industries, territoires, labo, …) en utilisant les dynamiques des projets portés par des entrepreneurs par la mise en oeuvre de ressources partagées,
  • grâce aux partenaires et aux projets, créer des communautés d’intérêt dans plusieurs domaines pour développer des plateformes techniques ouvertes,

  • construire des plateformes techniques ouvertes (communs), apporter la culture de l’innovation par les communs et amener des financeurs publics et privés,

La Fabrique des Mobilités se configure alors comme une Méta-Plateforme qui permet d’enclencher les quatre dynamiques décrites précédemment en créant un espace-temps neutre et crédible. Ces quatre dynamiques abaissent les barrières à l’engagement de tous les acteurs et créent une nouvelle culture de l’innovation dans un écosystème en mutation.